CFE et Taxe d'Habitation en location courte durée: Quelle taxe payer lorsque je loue un meublé touristique ?

23/3/21

La CFE et la taxe d’habitation en location courte durée constituent deux impôts auxquels le propriétaire d'un bien meublé, loué à des visiteurs de passage, peut se voir redevable. Autant la taxe d’habitation et la taxe foncière sont bien connues du contribuable propriétaire, autant la CFE est ignorée par bon nombre d'entre eux. Et cela, en infraction avec le Code Général des Impôts. En premier lieu, l’occupant d’un logement au 1er janvier doit payer la taxe d'habitation dans le cadre de son bail ou de son titre de propriété. D’un autre côté, la CFE ou cotisation foncière des entreprises est «due par les professionnels exerçant à titre habituel non salariée au 1er janvier de l’année d’imposition.» En effet, l’activité de location meublée, exercée en LMP ou LMNP (je lis l’article d’OIQIA sur cette distinction) est considérée comme une activité commerciale d’un point de vue fiscal. Pour être imposable à la CFE, il est donc nécessaire de répondre simultanément à trois conditions. Le caractère habituel de l’activité. L’exercice de l’activité à titre professionnel (gestion d’un bien ne relevant pas d’un patrimoine privé). L’absence de rémunération salariale. Enfin, à noter, elle n’est pas due la première année d’activité. Dès lors, la question se pose: quelle taxe doit payer un propriétaire d’une location courte durée? S’il en paie une, est-il exonéré de l’autre? OIQIA vous résume les différents cas de figure, sans omettre de vous rappeler une règle de bon sens. N’hésitez pas à contacter le centre des impôts auquel vous êtes rattaché pour valider votre situation.

Le service OIQIA à votre disposition pour gérer votre bien en location courte durée

Si vous réalisez dès maintenant que vous n’aurez ni le temps, ni l’énergie de vous occuper de votre bien en location courte durée, OIQIA vous propose de le gérer de A à Z, à votre place.
De la rédaction de votre annonce à l'entrée autonome de vos invités en passant par un ménage de votre logement, nous nous occupons de tout !
Pour en savoir plus ou pour nous contacter il vous suffit de cliquer ici : Je découvre OIQIA

Le Cas Classique de la Taxe d'Habitation en Meublé Longue Durée

Lorsqu'un locataire loue un bien au 1er janvier de l’année en cours, il devra payer la taxe d’habitation. Et ce, car il en a la jouissance dans le cadre de son bail. Le propriétaire ne paiera donc rien. Cependant, lorsque le bien n’est pas loué au 1er janvier de l’année en cours, le propriétaire est redevable de la taxe d’habitation. Cela dit, il existe quelques exonérations s’il peut démontrer l’impossibilité de trouver un locataire. En d’autres mots, il devra démontrer sa recherche vaine de locataires. Et déclarer qu’il n’a aucune intention de se réserver le bien entant que propriétaire. Les preuves admises sont les suivantes:

CFE et Taxe d'Habitation: Le Cas Particulier de la Location Meublée en Courte Durée

En premier lieu, deux situations sont à prendre en compte. Le fait pour le propriétaire de garder la jouissance du logement ou non. Nous allons traiter des deux cas de figure.

CFE et taxe d'habitation: le propriétaire d'un meublé en location courte durée garde la jouissance du bien une partie de l'année

Lorsque l’on parle de meublé, il s’agit de la résidence principale ou secondaire du propriétaire. L’habitation personnelle du propriétaire est, en revanche, son habitation habituelle. Ainsi, dans ce premier cas, le propriétaire se garde la jouissance du bien une partie du temps. Ici, c’est bien le propriétaire qui paiera la taxe d’habitation. Même si un locataire de type Airbnb loue le bien au 1er janvier. Cette «réserve du bien par le propriétaire» est donc déterminante. Enfin, la plus haute juridiction administrative française précise que" le propriétaire d'un local meublé est redevable de la taxe d'habitation dès lors qu'il peut être regardé, au 1er janvier de l'année d'imposition, comme entendant s'en réserver la disposition ou la jouissance une partie de l'année." En second lieu, concernant la CFE, les propriétaires qui louent occasionnellement une partie de leur habitation personnelle (qu'elle soit principale ou secondaire) en sont exonérés. Cela dit, il faut prouver le caractère non habituel de la location .Il en est de même pour le cas du propriétaire qui loue en meublé une ou plusieurs pièces de son habitation principale à un locataire dont il s'agit également de la résidence principale. Si ce propriétaire réclame un "loyer fixé dans des limites raisonnables", alors ils ne sera pas assujetti à la CFE.

Le cas du bail de 9 mois pour un meublé

Attention, dans le cas singulier d'un bail de 9 mois (type bail étudiant), ce bail est considéré comme classique. C'est donc le locataire qui paie la taxe d'habitation.

Le cas du meublé de tourisme classé

Les propriétaires de meublés de tourisme classés, louant tout ou partie de leur habitation personnelle, sont assujettis à la taxe d'habitation. En revanche, ils sont en principe exonérés de la CFE (à valider auprès du centre des impôts).

CFE et taxe d'habitation: le propriétaire d'un meublé en location courte durée loue à l'année (aucune jouissance personnelle du bien)

Dans ce cas, si le propriétaire démontre que son bien est loué en location courte durée durant l'année entière et qu'il n'en a jamais la jouissance, il ne paiera aucune taxe d'habitation. Exemption totale pour le propriétaire et les différents locataires se succédant dans le logement locatif. Concernant la CFE, le propriétaire en est redevable car son activité est considérée en matière fiscale comme une activité professionnelle. Cependant, si son chiffre d'affaires est inférieur à 5000€, il en sera exempté.

Le cas du meublé de tourisme classé

Un meublé de tourisme classé n'est pas imposable à la taxe d'habitation si le bien loué ne constitue pas l'habitation personnelle du propriétaire. En outre, le propriétaire d'un tourisme classé sera assujetti à la CFE.

En Conclusion

Ainsi, la CFE et la taxe d'habitation sont mutuellement exclusives. Un petit tableau récapitulatif ci-dessous vous aidera à comprendre en un clin d'œil votre situation. Ainsi, il n'est pas possible pour un propriétaire de location courte durée de payer à la fois la CFE et la taxe d'habitation. L'article 1407 du CGI l'indique précisément (attention la taxe professionnelle indiquée est en réalité aujourd'hui la CFE). Sont exonérés de la taxe d'habitation, les locaux passibles de la taxe professionnelle lorsqu'ils ne font pas partie de l'habitation personnelle des contribuables. Attention, en revanche, à nuancer entre le propriétaire et le locataire. Ce n'est pas parce que le propriétaire est imposable à la CFE que cela exonère le locataire du paiement de la taxe d'habitation, s'il y est assujetti.

CFE vs Taxe d'Habitation

OIQIA : Une solution pour gérer vos appartements en location courte durée

Vous souhaitez faire de la location courte durée pour vivre de vos rentes... mais vous n'avez pas envie de gérer vos biens vous-même ? 🏘️
Et bien, c'est normal et on vous comprend ! Entre la gestion des annonces, les entrées, les sorties, le ménage, les courses et les imprévus, vous avez vite fait de vous retrouver enchaîné à vos biens 😩
Et par conséquent de voir votre rêve de liberté et d'indépendance s'éloigner petit à petit ... 😥

Et c'est là qu'intervient OIQIA ! (c'est nous 😇) OIQIA c'est une solution clé en main qui permet aux propriétaires de déléguer à 100 % la gestion de leur bien en location courte durée : de la rédaction de votre annonce à l'entrée autonome de vos invités en passant par un ménage de votre logement, nous nous occupons de tout !
Et tout ça en gardant une rentabilité avantageuse, mais surtout une satisfaction voyageur hors du commun ! 🥳

Pour en savoir plus ou pour nous contacter il vous suffit de cliquer sur le bouton juste ci-dessous 👇

DÉCOUVRIR OIQIA